Verschlagwortet: Berrichon

« Il n’existe dans le canton de Châteauroux aucun langage dialecte ou patois particulier » : lettre du maire de Châteauroux au préfet de l’Indre, 11 mars 1812

En réponse à la circulaire préfectorale du 6 février 1812 demandant des informations sur les parlers de l’Indre, le maire de Châteauroux observe, dans une lettre datée du 11 mars 1812, qu’il n’existe aucun langage, dialecte ou patois dans le canton de Châteauroux.

« Les habitants de la campagne (…) n’ont aucunes expressions, ni tours de phrases particulières, qui puissent fixer l’attention » : lettre du maire de Valençay au préfet de l’Indre, 27 février 1812

En réponse à la circulaire préfectorale du 6 février 1812 demandant des informations sur les parlers de l’Indre, le maire de Valençay écrit au préfet, le 27 février 1812, qu’il n’existe aucun langage, dialecte ou patois dans le canton de Valençay.

« Il n’existe aucun langage dialecte ou patois parmi les habitans de cette commune » : réponse du maire de Saint-Vincent-d’Ardentes au préfet de l’Indre, 25 février 1812

En réponse à la circulaire préfectorale du 6 février 1812 demandant des informations sur les parlers locaux de l’Indre, le maire de Saint-Vincent-d’Ardentes constate que tous les habitants de sa commune parlent un français plus ou moins correct.

« Les artisans et gens des campagnes ne diffèrent du caractère distinctif de la langue française qu’en substituant le J. qui distingue la première personne du singulier au mot nous qui distingue celle du pluriel » : lettre du maire de Buzançais au préfet de l’Indre, 24 février 1812

Réponse du maire de Buzançais, en date du 24 février 1812, à la circulaire préfectorale du 6 février concernant les parlers de l’Indre. Elle comprend une lettre et la traduction de la parabole de l’Enfant prodigue dans le parler local, mais est malheureusement en grande partie illisible en raison de l’effacement de l’encre.

« Le canton de Châtillon est un de ceux (…) où le langage du peuple s’éloigne le moins de la langue française » : lettre du maire de Châtillon-sur-Indre au préfet de l’Indre, 23 février 1812

En réponse à la circulaire préfectorale du 6 février 1812 concernant les parlers de l’Indre, le maire de Châtillon-sur-Indre observe auprès du préfet que les habitants de la ville et de la campagne de son canton parlent tous la langue française.

« On ne connaît dans ce canton aucun langage dialecte, ou patois particuliers » : réponse du maire d’Écueillé au préfet de l’Indre, 19 février 1812

En réponse à la circulaire du préfet de l’Indre, envoyée le 6 février 1812 aux sous-préfets et aux maires de l’arrondissement de Châteauroux, le maire d’Écueillé indique qu’il n’existe aucun dialecte dans son canton.

« Il n’existe dans mon arrondissement aucun langage, dialecte ou patois particulier soit aux peuples des villes soit aux habitans de la campagne » : lettre du sous-préfet d’Issoudun au préfet de l’Indre, 17 février 1812

Le sous-préfet d’Issoudun, Emmanuel Cochon de Lapparent, en réponse à la circulaire préfectorale du 6 février 1812, informe le préfet de l’Indre que la population, tant des villes que des campagnes de son arrondissement, ne parle aucun dialecte ou patois particulier.

« Son Excellence le ministre de l’Intérieur me demande, Monsieur, s’il existe dans ce département quelques langage dialectes, ou patois particuliers » : lettre circulaire du préfet de l’Indre aux sous-préfets et aux maires de l’arrondissement de Châteauroux, 6 février 1812

Lettre circulaire du préfet de l’Indre, Auguste Prouveur de Pont de Grouard, envoyée le 6 février 1812 aux sous-préfets des arrondissements d’Issoudun, du Blanc et de La Châtre, ainsi qu’aux maires des chefs-lieux des cantons de l’arrondissement de Châteauroux, les chargeant de recueillir des renseignements sur les parlers locaux du département, en application de la circulaire ministérielle du 20 janvier 1812 relative aux dialectes parlés dans l’Empire français.

« Le chef observe à M[onsieu]r le Préfet qu’il aura l’honneur d’aller voir ce soir ou demain matin m[onsieu]r le curé de Châteauroux » : note interne relative à la parabole de l’Enfant prodigue, février 1812

À la réception de la circulaire ministérielle du 20 janvier 1812, qui demande aux préfets de faire traduire la parabole de l’Enfant prodigue en patois, le chef de bureau du préfet de l’Indre informe ce dernier, dans une note interne, de son intention de solliciter le curé de Châteauroux pour obtenir une traduction française de ladite parabole. Cette traduction servira de référence pour les informateurs mobilisés par la suite afin de produire les versions en patois.

« Cette circonstance me met dans le cas de vous demander s’il existe, dans votre dép[artemen]t, quelque langage, dialecte ou patois part[icul]ier » : circulaire ministérielle relative aux dialectes adressée au préfet de l’Indre, 20 janvier 1812

Lettre circulaire concernant les dialectes, envoyée par Eugène Coquebert de Montbret, au nom du ministre de l’Intérieur, Jean-Pierre de Montalivet, aux préfets de vingt départements du nord de la France. Parmi eux se trouve le préfet de l’Indre, Auguste Prouveur de Pont de Grouard, qui organise par la suite une enquête locale dans son département.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search