Les traductions de parabole de l'Enfant prodigue

Dans le but de documenter la diversité linguistique et dialectale au sein de l’Empire français, ainsi que la variation diatopique à l’intérieur des aires dialectales, les Coquebert de Montbret ont utilisé un texte de référence traduit littéralement dans divers parlers locaux : la parabole de l’Enfant prodigue, tirée de l’Évangile selon saint Luc, chapitre 15, versets 11 à 32. Dès 1806, cette enquête a été menée auprès de correspondants départementaux, produisant environ 500 versions de la parabole sur une période de six ans, jusqu’en 1812. Les traducteurs, principalement des administrateurs locaux (maires de communes rurales, sous-préfets, juges de paix), des curés de campagne, et plus rarement des notables et érudits (avocats, médecins, bibliothécaires, poètes), ont contribué à cette collecte.

La plupart de ces traductions sont restées manuscrites, conservées avec les autres documents de l’enquête ministérielle. Une sélection d’environ 80 versions a été publiée du vivant des Coquebert de Montbret, d’abord en 1824 dans les Mémoires et dissertations sur les antiquités nationales et étrangères de la Société royale des antiquaires de France, puis en 1831 dans les Mélanges sur les langues, dialectes et patois; renfermant, entre autres, une collection de versions de la parabole de l’Enfant prodigue en cent idiomes ou patois différens, presque tous de France. En parallèle, quelques administrateurs et collaborateurs de l’enquête ont publié des traductions de manière éparse dans divers mémoires statistiques de préfets et dans quelques revues savantes. Au XXe siècle, seuls quelques textes de ce corpus ont été édités ou publiés par des linguistes ou des historiens.

Ouvrir la carte dans une nouvelle fenêtre pour une meilleure visualisation.

La carte interactive ci-dessus offre un aperçu géographique de la distribution des traductions de la parabole de l’Enfant prodigue. Elle localise les versions manuscrites (en orange) ainsi que les paraboles publiées en 1824/31 (en violet). Pour ces dernières, des liens mènent directement vers les pages des deux publications numérisées et librement accessibles en ligne. En cliquant sur les points violets puis sur l’icône (i), on peut ouvrir la fenêtre contenant les liens. La frise chronologique en bas de la carte permet également de mettre en évidence les traductions par année de production durant l’enquête. Pour cela, il suffit de passer la souris sur la ligne de temps.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search