Monatsarchiv: Mai 2024

« Le chef observe à M[onsieu]r le Préfet qu’il aura l’honneur d’aller voir ce soir ou demain matin m[onsieu]r le curé de Châteauroux » : note interne relative à la parabole de l’Enfant prodigue, février 1812

À la réception de la circulaire ministérielle du 20 janvier 1812, qui demande aux préfets de faire traduire la parabole de l’Enfant prodigue en patois, le chef de bureau du préfet de l’Indre informe ce dernier, dans une note interne, de son intention de solliciter le curé de Châteauroux pour obtenir une traduction française de ladite parabole. Cette traduction servira de référence pour les informateurs mobilisés par la suite afin de produire les versions en patois.

« Cette circonstance me met dans le cas de vous demander s’il existe, dans votre dép[artemen]t, quelque langage, dialecte ou patois part[icul]ier » : circulaire ministérielle relative aux dialectes adressée au préfet de l’Indre, 20 janvier 1812

Lettre circulaire concernant les dialectes, envoyée par Eugène Coquebert de Montbret, au nom du ministre de l’Intérieur, Jean-Pierre de Montalivet, aux préfets de vingt départements du nord de la France. Parmi eux se trouve le préfet de l’Indre, Auguste Prouveur de Pont de Grouard, qui organise par la suite une enquête locale dans son département.

« Non seulement le dialecte vulgaire, mais aussi le tour d’esprit des habitans » : lettre de Coquebert de Montbret au préfet de l’Indre, 10 novembre 1806

Dans une lettre émise au nom du ministre de l’Intérieur, Jean-Baptiste Nompère de Champagny, et adressée au préfet Auguste Prouveur de Pont de Grouard, Coquebert de Montbret sollicite des informations concernant divers aspects de la statistique départementale, y compris sur les dialectes de l’Indre, sous forme de chansons populaires et de traductions de la parabole de l’Enfant prodigue.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search